On la considérait éteinte, mais la plus grande abeille du monde a été retrouvée vivante 38 ans après sa disparition - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
On la considérait éteinte, mais la…
16 photos montrent les solutions les plus extravagantes que les pères adoptent lorsqu'ils sont seuls avec leurs enfants L'équipe nationale allemande ne jouera plus dans les pays où les femmes sont victimes de discrimination et ne peuvent pas aller au stade

On la considérait éteinte, mais la plus grande abeille du monde a été retrouvée vivante 38 ans après sa disparition

25.312
Advertisement

Parfois, ils reviennent, et de la façon la plus inattendue et la plus surprenante. Heureusement, il n'est pas rare de redécouvrir des espèces animales que l'on croyait éteintes depuis des décennies.

Aux nombreux "cas" de ce genre qui se sont produits dans le passé, s'en est ajouté un autre, qui a suscité un énorme intérêt dans le monde entier. Et cela car on parle souvent de cette espèce animale, mais aussi parce que le protagoniste est une abeille très spéciale : pour être exact, la plus grande du monde. Découvrons-en plus à son sujet.

On ne la voyait plus depuis 38 ans. Il s'agit de la megachile pluto, ou abeille de Wallace, qui est considérée comme la plus grande abeille de notre planète. Un insecte aux caractéristiques uniques : son envergure, en effet, peut atteindre près de 6,5 cm, alors que certains spécimens femelles peuvent atteindre une longueur de plus de 4 cm. Pratiquement comme un pouce humain.

Pour une abeille, ce sont des particularités vraiment rares, et c'est pourquoi elle a toujours été au centre de l'attention des chercheurs et des entomologistes. Parmi eux, il y a l'Américain Alfred Russell Wallace, l'homme qui a découvert et donné le nom à cette énorme espèce.

Observer l'abeille géante est très difficile. L'insecte est en effet habitué à construire ses nids à l'intérieur des termites actives. Mais en janvier 2019, un groupe de chercheurs du Global Wildlife Conservation, a réussi à identifier plusieurs endroits où cet insecte se réfugiait et, non sans difficulté, à traquer un nid de cette abeille sur un arbre, à environ 2,5 mètres du sol.

Advertisement

Ainsi les experts, accompagnés du photographe Clay Bolt, ont donc patiemment attendu qu'un spécimen sorte du nid, parvenant finalement à le capturer et à admirer de près ce fascinant pollinisateur de la couleur brune.

Dans un environnement où les abeilles disparaissent inexorablement, avec le risque de causer de graves dommages aux écosystèmes et à la vie humaine, c'est certainement une bonne nouvelle de savoir que, quelque part dans le monde, il existe encore des insectes et des animaux que l'on croyait perdus à jamais.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci