Premier jour d'école au Yémen : la photo nous montre ce que cela signifie d'être des enfants dans un pays en guerre - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Premier jour d'école au Yémen : la…
Un charpentier à la retraite explique comment le complexe Stonehenge aurait pu être construit 17 objets et situations pas tout à fait symétriques qui vous troubleront légèrement

Premier jour d'école au Yémen : la photo nous montre ce que cela signifie d'être des enfants dans un pays en guerre

11.900
Advertisement

Alors que presque partout dans le monde, à la fin des vacances d'été, on voit apparaître de joyeuses images d'enfants lors de leur premier jour d'école, dans d'autres parties de la planète, la situation n'est pas si enivrante. Un photographe yéménite, Ahmad Al-basha de l'agence AFP, a voulu raconter la rentrée scolaire à Taez, la troisième ville de l'état : ici, comme dans toute autre école, les enfants se sont réunis devant le professeur pour le début des cours, mais le bonheur n'est pas celui qu'on imagine.

Une vingtaine d'enfants écoutent la leçon d'un professeur qui gesticule devant eux ; ils sont assis par terre, sans tables, sans chaises, sans livres, sans tableau noir. Rien que d'avoir le plancher semble être un luxe. Quelques mètres derrière eux, en effet, le bâtiment cède la place à un vide absolu ; le grenier se penche vers le bas jusqu'à se mélanger avec le tas de gravats qui se trouve vraisemblablement quelques mètres plus bas. Tels sont les effets des bombardements qui ont lieu lors de l'affrontement entre les forces gouvernementales soutenues par les Saoudiens et les rebelles Houti.

 

Avant la guerre, l'ancien marché de Taez était florissant, riche en échoppes artisanales et très populaire, mais après que les rebelles aient assiégé les lieux pendant quelques années, il n'en reste qu'un vague souvenir : les quelques stands qui restent s'occupent uniquement de fusils et de munitions. Et le conflit, il va sans dire, n'épargne certainement pas les enfants : il y a plus de 1 000 enfants recrutés et utilisés à des fins militaires, garçons et filles.

Si jamais vous vous retrouvez en train de parler à un parent et qu'il vous dit combien ce fut fatigant pour son enfant de se réveiller et d'aller à l'école après des mois de vacances, rappelez-lui poliment que s'il était né au mauvais endroit de la planète, cela aurait pu être bien pire.

Advertisement
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci