Un physicien nucléaire dépose un brevet sur une nouvelle machine pour "brûler" des tumeurs en une seconde - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Un physicien nucléaire dépose un brevet…
15 photos incroyables qui nous montrent la désarmante beauté de Dame Nature 20 puissantes sculptures qu'il est difficile d'effacer de son esprit

Un physicien nucléaire dépose un brevet sur une nouvelle machine pour "brûler" des tumeurs en une seconde

14.255
Advertisement

Le cancer peut sans aucun doute être considéré comme la maladie de notre siècle : il est vraiment difficile de trouver aujourd'hui une famille qui n'a pas eu à y faire face, avec des épilogues généralement peu positifs... La science est constamment à la recherche de nouvelles techniques de traitement, et grâce à elles, de plus en plus de personnes sont capables de surmonter cette phase difficile de la vie et de revenir à une existence normale.

Aujourd'hui, nous voulons vous parler d'un nouvel objectif fixé par la médecine et la technologie : une technique de "bombardement" des masses tumorales à laquelle a également participé un jeune physicien nucléaire italien.

La technique, expliquée en termes simples, consiste à "brûler" la masse tumorale en une seconde avec un faisceau d'électrons généré par un laser, afin d'éliminer la tumeur en quelques secondes et sans effets secondaires. Le procédé a été développé dans le centre de recherche ELI-Beamlines à Dolni Brezany, près de Prague, et le scientifique de Bari, Italie, Gabriele Grittani y a travaillé.

La machine brevetée au centre utilise des sources d'électrons ultra-énergétiques, qui sont disposées autour de la masse tumorale en la rayonnant sous différents angles. L'utilisation des électrons, plus rapides et plus légers, permet de limiter considérablement les dommages collatéraux aux tissus du patient.

Actuellement, la machine est en phase de prototype, mais les résultats prometteurs obtenus ont ouvert la voie aux premières expériences pratiques, qui se concentreront sur les néoplasmes des poumons et de la prostate.

Tout ce que nous pouvons faire, c'est souhaiter à l'ensemble du centre de recherche et au chercheur Gabriele Grittani une bonne continuation dans leur travail. Nous sommes sûrs que nous en entendrons parler davantage à l'avenir !

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci