Lutte contre le braconnage : le Kenya veut introduire la peine capitale - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Lutte contre le braconnage : le Kenya…
15 entreprises qui, d'un simple geste, ont réussi à faire de ce monde un endroit meilleur Les scientifiques ont restauré la mémoire chez les personnes âgées avec une stimulation électrique de seulement 25 minutes

Lutte contre le braconnage : le Kenya veut introduire la peine capitale

950
Advertisement

Le braconnage est l'un des fléaux des deux derniers siècles. En raison de l'engouement de l'homme pour la collection d'objets en ivoire ou le port de fourrures, de nombreuses espèces animales ont disparu ou sont maintenant en péril. Bien que cette forme de chasse soit déplorée par un pourcentage très élevé de l'humanité, elle représente toujours un grave problème, en particulier en Afrique. C'est pourquoi, ces dernières années, les États africains se sont efforcés d'éradiquer ce phénomène néfaste.

image: Pixabay.com

Najib Balala, secrétaire du Cabinet du Tourisme du Kenya, s'est personnellement impliqué dans la lutte contre le braconnage. Sa lutte a mené à l'adoption de la Loi sur la conservation de la faune, une mesure qui condamne les braconniers à une amende de 200 000 $ ou à l'emprisonnement à vie s'ils sont pris sur le fait. Selon Balala, la mesure n'a pas encore résolu le problème : en 2017, les braconniers ont tué 9 rhinocéros et 69 éléphants, mettant ces espèces en grave danger. L'ivoire résultant de la mise à mort de ces animaux est ensuite vendu principalement dans les pays asiatiques (Chine et Vietnam en tête). C'est pourquoi le gouvernement kenyan discute actuellement d'une nouvelle loi qui imposerait la peine de mort aux braconniers.

La nouvelle proposition a immédiatement alerté l'ONU. Si la lutte contre le braconnage est une priorité dans les pays africains où les éléphants et les rhinocéros luttent pour leur survie chaque jour, la peine de mort est une condamnation non civilisée qui doit être combattue.

Les mêmes écologistes impliqués dans la lutte contre le braconnage ont attiré l'attention sur le fait que, s'il est vrai que les nouvelles lois au Kenya ont permis de réduire le nombre d'éléphants et de rhinocéros exposés à une chasse sauvage, la lutte contre le braconnage peut également être gagnée avec la technologie et sans ultérieure violence : les gardes kenyans disposent déjà de caméras thermiques ou à infrarouge qui leur permettent de suivre les braconniers avant qu'ils causent la mort.

Advertisement
image: Maxpixel

Brian Heath, directeur du Mara Conservancy (qui fait partie de la réserve Maasai Mara au Kenya), a souligné que ce sont précisément ces technologies qui ont poussé les braconniers à abandonner leur triste activité. Le directeur du Mara Conservancy a également décrit, comme un exemple vertueux, la mesure sud-africaine, qui a décidé de transporter des rhinocéros et des éléphants vers des pays plus sûrs (comme le Botswana). Heath a voulu enfin préciser que de nombreux braconniers n'apprécient pas du tout ce qu'ils font mais sont obligés de le faire pour combattre la pauvreté dans laquelle ils vivent.

Le braconnage semble encore loin d'être éradiqué. Cependant, la peine de mort semble être une peine trop sévère pour ceux qui n'ont pas d'autres moyens de subsistance. Peut-être le gouvernement kenyan ferait-il mieux de se tourner vers la technologie pour combattre cet énorme fléau de la société et chercher des moyens d'améliorer le mode de vie de sa population.

Tags: AnimauxNature
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci