La première petite fille est née grâce à l'utérus d'une femme décédée - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
La première petite fille est née grâce…
Un enseignant met 70 heures pour transformer sa classe en une salle de Poudlard Les indigènes d'Amazonie créeront et protégeront le plus grand espace vert du monde

La première petite fille est née grâce à l'utérus d'une femme décédée

1.661
Advertisement

À la naissance, elle pesait 2,550 grammes ; cela pouvait s'agir du poids de n'importe quel nouveau-né, sauf que c'est le premier enfant né grâce au don de l'utérus par une femme décédée. Sa naissance représente une étape importante dans l'histoire de la médecine, qui ouvre de nouvelles possibilités pour les femmes ayant des problèmes pour mener à bien une grossesse. 

image: pexels.com

Avant la naissance de l'enfant en question, d'autres greffes de l'utérus de donneuses décédées ont été effectuées, mais aucune femme n'a jamais réussi à terminer sa grossesse.

Cela avait fait exclure la possibilité de donner naissance à des enfants à la suite de greffes de l'utérus de personnes décédées, tant pour limiter les risques que pour ne pas donner de faux espoirs aux familles.

La femme qui a donné naissance à l'enfant souffre d'une maladie qui provoque un faible développement des organes reproducteurs féminins. La donneuse, quant à elle, était une femme de 45 ans, qui a donné naissance à trois enfants avec son utérus et qui est morte d'une hémorragie cérébrale. Evidemment, elle avait donné son consentement au don d'organes post-mortem.

image: pexels.com

Si la naissance d'une femme décédée d'un utérus est un événement unique à ce jour, on ne peut pas dire la même chose des greffes d'utérus de donneuses vivantes : dans l'histoire de la médecine, 39 greffes ont été réalisées, dont 11 ont donné vie à des enfants.

La nouvelle d'une naissance sans complications pourrait augmenter considérablement les possibilités d'accès à une telle opération. Le nombre de donneuses vivantes désireuses de rendre leur utérus disponible est en effet très faible pour des raisons que l'on imagine.

La naissance de la petite fille sera certainement un espoir pour de nombreuses familles, mais pour l'instant ce n'est qu'un cas à étudier pour bien comprendre les conditions qui ont permis de mener à bien cette grossesse.

Advertisement
image: pexels.com

Selon les médecins, le facteur décisif du succès a été le moment où la femme a subi la greffe de l'utérus en septembre et sept mois plus tard, étant donné l'absence d'épisodes de rejet et la présence de règles régulières, la receveuse a subi l'implantation d'embryons, prélevés 5 mois avant la greffe. Jamais auparavant l'implantation n'avait été réalisée aussi rapidement ; dans d'autres cas, une année entière s'est écoulée après la transplantation.

Cela a permis à la femme de réduire considérablement la quantité de médicaments pour le rejet et d'antibiotiques, ce qui peut compromettre la capacité de mener à bien une grossesse. Il est toutefois trop tôt pour dire avec précision si c'est ce facteur qui a fait la différence.

L'utérus donné a été retiré pendant la grossesse, ce qui permettra à la femme de ne pas avoir à prendre de médicaments contre le rejet, même si cela signifie que l'enfant ne pourra pas avoir de frères et de sœurs biologiques.

Quoi qu'il en soit, c'est un grand pas en avant pour la médecine et la science ; toutefois le conflit avec les questions éthiques est ici aussi très chaud. Peut-on parler de droit dà avoir un enfant ?

Tags: ScienceEnfant
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci