Un mathématicien révèle le secret gardé par la plus ancienne tablette trigonométrique du monde - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Un mathématicien révèle le secret…
Voici quelques habitudes typiques du Japon, qui mériteraient d'être adoptées dans le monde entier Une entreprise crée les premiers volets intelligents qui produisent de l'énergie pour votre maison

Un mathématicien révèle le secret gardé par la plus ancienne tablette trigonométrique du monde

4.157
Advertisement

Depuis qu'elle a été léguée à la Columbia University au milieu des années 1930, la tablette Plimpton 322 a fasciné les chercheurs et conduit à diverses théories sur la façon dont les anciens Babyloniens sont arrivés à la formulation de ces nombres et sur la finalité de tablettes comme celle-ci.
Un mathématicien de l'Université de New South Wales (Australie), croit avoir finalement compris la fonction du Plimpton 322 et révèle un fait intéressant.

Senkereh, un site du sud de l'Irak correspondant à l'ancienne ville de Larsa.[1]

La Plimpton 322, qui tire son nom de la collection qui l'abrite aujourd'hui (G.A. Plimpton à l'Université de Columbia), est une tablette d'argile de 9 cm de haut, 13 cm de long et d'une épaisseur d'environ 2 cm. Selon les experts, il a été construit entre 1822 et 1784 avant Jésus-Christ, probablement dans l'ancienne ville de Larsa (sud de l'Irak). Elle représente un tableau de nombres, disposés en quatre colonnes et quinze lignes, écrit selon la notation sexagésimale en usage chez les Babyloniens et contenant une liste de triplets dont les nombres sont les solutions du théorème de Pythagore.

Jusqu'à présent, les hypothèses avancées par les experts étaient les suivantes : une simple liste de triplets pythagoriciens (Neugebauer, 1951), représentation d'une table trigonométrique de carrés de cosènes ou tangentes (Joyce, 1995), ou description en termes purement géométriques (Robson, 2002).

Qu'en dit le professeur Daniel Francis Mansfield, expert en mathématiques et statistiques à l'UNSW ?

"Notre étude révèle que la tablette Plimpton 322 servait à décrire les formes des triangles rectangulaires en utilisant un type de trigonométrie différent de celui sur lequel nous nous appuyons aujourd'hui : elle n'utilisait pas d'angles et de cercles, mais les proportions.

Mesurer des angles rectangulaires avec cette méthode anticiperait de plus de 1000 ans les études du grand scientifique de la Grèce antique Hipparque de Nicée, considéré jusqu'à présent comme le père de la trigonométrie. Celle véhiculée par la tablette est une forme plus simple et plus précise qui pourrait même donner un aperçu de la recherche mathématique actuelle et de la façon dont nous l'enseignons. Cela montre que ce n'étaient pas "seulement" des outils que les maîtres utilisaient pour contrôler les solutions aux équations de leurs élèves, mais aussi des moyens avec lesquels ils aidaient à la construction de bâtiments et à la supervision des chantiers de construction".

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci