Vivre près de la mer améliore le bien-être mental : en voici la preuve - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Vivre près de la mer améliore le bien-être…
17 toute nouvelles inventions qui nous projettent déjà dans la science-fiction 10 curiosités que vous ne connaissiez pas sur la vie de Nikola Tesla

Vivre près de la mer améliore le bien-être mental : en voici la preuve

3.357
Advertisement

Il y a très peu de gens qui n'aiment pas la mer, même pour une promenade. Pour ceux qui aiment le soleil, la chaleur et la peau bronzée, c'est un vrai paradis, pour tous les autres, c'est un lieu de paix, en toutes saisons. Les chercheurs ont approfondi la relation intime qui existe entre l'être humain et la mer, parvenant à une conclusion très intéressante : ceux qui vivent dans une maison avec vue sur la mer jouissent d'une meilleure santé mentale.

Le stress psychologique, la dépression, l'anxiété et l'épuisement nerveux sont moins fréquents chez les personnes profitant d'une vue sur la mer.

La recherche de l'Université de Canterbury de Nouvelle-Zélande, en collaboration avec celle de l'État du Michigan, a observé une corrélation étroite entre le bien-être mental et la résidence dans des zones au bord de la mer, y compris dans les villes.

Les chercheurs ont cartographié les zones vertes et bleues de la ville de Wellington, les associant à des zones boisées et marines. Ils ont ensuite recueilli des données sur la santé auprès du New Zealand Institute of Health sur les résidents de ces secteurs afin d'obtenir un portrait des troubles anxieux et dépressifs.

Après avoir également tenu compte de l'âge, du bien-être économique et du sexe des personnes examinées, les chercheurs ont constaté l'émergence d'un lien entre la vision de l'océan et une santé mentale plus que positive.

Ce qui s'est avéré particulièrement intéressant, c'est le fait que les mêmes conclusions ne s'appliquaient pas à ceux qui vivent dans les zones vertes de la ville : les chercheurs ont expliqué cette différence en émettant l'hypothèse que les zones bleues doivent nécessairement être naturelles, alors que les zones vertes peuvent être artificielles, comme les terrains de football, les parcs et les jardins.

Le résultat est en soi un élément important qui pourrait être pris en considération pour le traitement des troubles mentaux, mais qui doit faire l'objet d'études plus approfondies.

Sources:

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci