Une femme va en Alaska pour photographier les ours polaires dans la neige : voici ce qu’elle a trouvé... - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Une femme va en Alaska pour photographier…
De la gloire à l’abandon : 21 décors de films célèbres qui tombent en ruine Vous souffrez de thalassophobie? Ces 17 photos vous aideront à le découvrir

Une femme va en Alaska pour photographier les ours polaires dans la neige : voici ce qu’elle a trouvé...

Par Baptiste
17.557
Advertisement

Notre planète offre des panoramas sans fin et des paysages à couper le souffle, tous à photographier et à immortaliser. Les photographes professionnels ont en effet à disposition une variété de destinations pour exprimer leur style et leur talent.

Patty Waymire, elle, a longtemps rêvé d’atteindre l’Alaska pour photographier les superbes ours polaires dans un paysage enneigé. Toutefois une grande déception va l'attendre : quand elle est arrivée à destination, elle n'a trouvé ni neige, ni glaciers, mais une étendue déserte. 

Patty n’est pas repartie pour autant, elle a continué à dégainer son appareil photo, peut-être même avec plus de motivation.

La cause qui conduit les glaciers de l’Alaska à fondre doit être arrêtée. Et maintenant.

« Les habitants du pays m’ont dit que hiver avait été exceptionnellement chaud, et qu’il y avait ni neige ni glace. »

Patty Waymire a pris la photo d’un ours qui se tourne tristement vers le sol boueux : un cliché qui immortalise toute la déception de la photographe, et surtout celle de tous les ours peuplant la zone.

Il n'y avait que de la terre, du sable et de la boue : un premier effet terrible du réchauffement climatique.

Advertisement

Les glaciers de l’Arctique sont une plate-forme vitale pour les ours polaires et désormais ils sont en voie de fonte.

Les glaciers constituent une base d'où les ours chassent les phoques, leur principale source de nourriture : sans cet aliment, ils ne peuvent garantir à leur corps les réserves de graisse nécessaires pour faire face aux températures de l’hiver rigoureux.

Dans la région de la mer de Beaufort, la perte des glaciers va de pair avec l’augmentation du taux de mortalité des ours polaires.

Le manque de nourriture a poussé les ours à s'approcher des villages des hommes, causant de nombreux accidents.

Le record a été atteint en octobre 2016 : la température de l’air était de 20° C supérieure à la normale.

 

Une situation préoccupante pour les générations futures.

L'Alaska, comme beaucoup d’autres endroits dans le monde, est un lieu magnifique qu’il faut protéger à tout prix. La situation est inquiétante mais pas tout le monde a encore réalisé que c’est le moment ou jamais d'intervenir. Bientôt il sera trop tard pour toute intervention.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci