Naissance d'un nazi: l'expérimentation d'un enseignant qui transforme les élèves en fanatiques - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Naissance d'un nazi: l'expérimentation…
La rue la plus pentue du monde se trouve en Nouvelle-Zélande - et ces photos le prouvent! 5 aliments qu'il vaudrait mieux manger cuits

Naissance d'un nazi: l'expérimentation d'un enseignant qui transforme les élèves en fanatiques

4.115
Advertisement

Probablement, quand à l'école vous avez étudié la période de la Seconde Guerre mondiale, vous vous êtes demandés: « Est-il possible que personne ne réalise ce qui se passait, ou, si les gens le comprenait, n'étaient-ils pas horrifiés par tout ce mal? ». Eh bien, en Californie, en 1967, il y avait un professeur d'histoire nommé Ron Jones qui a essayé de répondre à cette question par une expérimentation sociale sur ses élèves et qu'aujourd'hui nous appelons la troisième vague.

En avril 1967, le professeur Jones du lycée Cubberley (Palo Alto) a décidé de soumettre ses étudiants à une expérimentation pour expliquer l'attrait qu'exerçait les nazis.

image: Wikimedia

Ne sachant comment expliquer aux élèves pourquoi la population ne s'est pas rebellée, Jones a décidé de créer un mouvement social pour leur montrer comment on peut être attiré par les idées propagées par le régime. Voici comment il a décidé de procéder.

image: Wikimedia

Tout au long de la première semaine d'avril, le professeur Jones a conduit sa classe à une série de « exercices » visant à emphatiser le sens de la communauté et de la discipline entre les étudiants, en se basant sur les caractéristiques des idées propagées pendant le régime nazi.
Le premier jour prévoyait une formation intensive à la discipline: les élèves devaient se lever pour poser des questions ou pour répondre à une question, ne pas utiliser plus de 3 ou 4 mots pour ce faire, et faire précéder chaque intervention avec un « M. Jones ».
Le deuxième jour a imposé aux élèves de commencer à utiliser une nouvelle forme de salutation (similaire au geste du bras levé), en classe mais aussi à l'extérieur, afin d'aiguiser leur sentiment d'appartenance au groupe.
Le troisième jour, Ron Jones constate que treize élèves d’autres classes viennent assister à son cours. Il distribue alors des cartes de membre aux élèves participant au mouvement. A la fin de la journée, le groupe se composait de plus de 200 personnes.
Le quatrième jour, l'implication des élèves était si forte que Jones a décidé de mettre fin à l'expérience et a annoncé aux élèves que ce qu'il avait fait les jours précédents faisait partie d'un mouvement actif au niveau national et que le lendemain, le leader national du mouvement s’adressera aux jeunesses de la « troisième vague ».
Le cinquième jour, Jones a rassemblé les étudiants dans une salle de classe pour regarder l'annonce à la télévision de ce candidat. Après quelques minutes d'attente, devant un écran banc, le professeur explique comment il les a manipulés et dans quelle mesure ils se sont laissés manipuler. Jones a terminé la journée en leur montrant un documentaire sur l'Allemagne nazie.

De cette expérience a été tiré un film désormais célèbre, intitulé La Vague (2008), qui, si vous ne l'avez pas déjà fait, mérite d'être vu.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci